Accueil

« C’est à nous de fatiguer le doute du peuple par la persévérance de notre dévouement. »

Jean Jaures

 

 

La tradition de la gauche, que ce soit en 1936 ou en 1981 a toujours été de mettre en œuvre, dès son arrivée au pouvoir, de grandes réformes sociales.

 

Ces réformes nous les engagerons. Nous devons, pour cela, restaurer notre appareil productif et redonner à la France, aux français, leur souveraineté budgétaire. Nous entendons vos incertitudes, vos doutes quant à ces premiers mois d’exercice du pouvoir. Mais l’action que nous menons doit être comprise comme la seule solution sociale, comme la seule solution de gauche.

 

Ce redressement, nous le menons dans la justice, en luttant contre les dérives de la finance.

 

En adoptant la réforme fiscale, nous avons rétabli la progressivité de l’impôt, réparti l’effort à mesure des moyens de chacun et taxé les revenus du capital comme le sont ceux du travail.

 

Grâce à la loi de séparation des activités bancaires, notre pays est l’un des premiers en Europe à tirer les conséquences de la crise financière. Depuis vingt ans, aucun gouvernement n’était allé aussi loin pour réformer durablement le monde de la finance. Les citoyens et leur épargne ne seront plus les victimes des activités à haut risque des banques.

 

Ce redressement, nous le mènerons en restant fidèle à nos promesses, à nos valeurs, à notre méthode.

 

Nous avons engagé, dès notre élection, la bataille pour l’emploi. Emplois d’avenir, contrats de génération, création de postes dans l’éducation nationale et Crédit d’impôt compétitivité emploi, tels sont les nouveaux outils déjà disponibles. A ceci s’ajoute la signature historique,  mais dont on parle trop peu, de l’accord entre partenaires sociaux sur la sécurisation de l’emploi. Longtemps attendu, cet accord représente un nouvel équilibre entre la sécurité nécessaire pour les salariés et les possibilités d’adaptation indispensables pour les entreprises.

 

Enfin, parce que les difficultés économiques ne doivent pas faire oublier les évolutions sociétales nous avons voté en faveur du « mariage pour tous ».

 

Nous tenons le cap fixé par le Président de la République. Mais nous ne pourrons le maintenir sans la mobilisation des militants.