L’avenir du Haras National du Pin est assuré : l’Assemblée Nationale a voté sa transformation en établissement public

Il y a maintenant un an, en accord avec le Ministre de l’Agriculture,  je lançais en concertation avec  Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie et Alain Lambert, Président du Conseil général de l’Orne une réflexion sur l’avenir du Haras du Pin.

Notre constat était simple, le manque d’investissements et l’impossibilité d’en mobiliser mettaient à court terme, en danger l’activité, l’attractivité et même le bâti si prestigieux du Haras.

Le Haras National du Pin est actuellement sous la tutelle exclusive de l’Etat. Cette gestion, autrefois efficace, et je salue le travail de l’IFCE (l'Institut français du cheval et de l'équitation), a aujourd’hui atteint ses limites. Elle ne permet plus dans la période actuelle de faire face aux nouveaux défis de la concurrence mondiale et au besoin croissant d’investissement.

Nous avons donc proposé au Gouvernement un nouveau mode de gestion consistant à créer  un Etablissement public administratif directement et conjointement géré par l’Etat, la Région Basse-Normandie et  le Conseil général de l’Orne.

Cette idée innovante, difficile à imposer, a fini par faire son chemin. Il en allait de la survie de notre patrimoine matériel ainsi que d’un savoir-faire mondialement reconnu.

Allier plusieurs collectivités locales dans la gestion d’un même projet est une gageüre. Le faire alors qu’il s’agit de suppléer et d’entrer en synergie avec l’Etat est plus difficile encore. Aucun Etablissement public administratif n’a été créé dans le domaine du cheval. Il y avait donc tout à prévoir.  Rien ne devait être ignoré et le moindre détail pensé. Je remercie tous ceux qui ont participé à la mise en place de ce projet.

Je me suis chargé de l’introduire dans le projet de loi agricole dès décembre 2013. Le texte a ensuite été peaufiné par le Sénat en avril dernier. Hier au soir, l’Assemblée nationale a validé ces dernières modifications. Nous avons, à l’unanimité, voté l’article de loi prévoyant la création d’un établissement public du Haras du Pin. Les deux assemblées législatives ayant approuvé le même texte, il n’est plus possible à ce stade, de revenir sur cet article.

La création d’un Etablissement public « le Haras national du Pin » est donc actée. Ce sera par la suite aux élus départementaux et régionaux de prendre le relais. Je suis convaincu qu’ils sauront s’emparer de ce nouvel outil. Au plus proche des problématiques, ils sauront faire preuve de créativité pour redonner au Haras du Pin son éclat d’antan.