Pour un meilleur contrôle des déclarations de patrimoine

La faute gravissime de Jérôme Cahuzac, son mensonge devant la représentation nationale nous ont profondément choqués comme ils ont choqué à juste titre les français.

Le Président de la République vient de faire des propositions pour écarter de la vie politique les élus qui se seraient rendus coupables d’une manière ou d’une autre d’un enrichissement personnel. Les sanctions pénales seront considérablement renforcées. Nous adhérons totalement à cette démarche.

Concernant les déclarations du patrimoine, elles existent déjà. C’est ce que nous avons établi en août 2012 dans la plus grande honnêteté et dans la plus grande précision. Faut-il rendre ces déclarations publiques? Nous ne nous opposons pas à ce que la future Haute autorité, annoncée par le Président de la République, soit autorisée à rendre ces déclarations publiques. Mais il faut aller plus loin. Il convient surtout qu’elle ait les moyens de contrôler l’exactitude de toutes les déclarations des parlementaires et qu’elle publie ses conclusions dès lors qu’un écart de patrimoine non justifié est constaté entre le début et la fin d’un mandat.

C’est cette position très concrète que nous porterons à l’Assemblée nationale lorsque les textes répressifs, aujourd’hui nécessaires, viendront en discussion.

 

Joaquim Pueyo

Yves Goasdoué