Une politique industrielle ambitieuse pour un nouveau modèle français compétitif et solidaire

La semaine de l’industrie a été particulièrement marquée, dans l’Orne, par l’inauguration du Centre d’Essais Dynamiques (CED) en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici. Après cette belle journée, le travail quotidien reprend. Plusieurs personnes m’ont alors interpellé à juste titre : « Et après ? ». Je profite de la mise en lumière des industries ornaises pour dresser un bref état des lieux du chantier entrepris par notre majorité pour le développement industriel.

 

Depuis dix mois, le Premier ministre sous l’autorité du Président de la République, mène une politique industrielle ambitieuse pour construire un nouveau modèle français compétitif et solidaire. Parmi les principales mesures déjà prises je pense d’abord au Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Le CICE c’est du concret : 13 Md€ de créance fiscale dès 2013 et 20 Md€ en 2014 soit l’équivalent de 30 Md€ d’exonérations de cotisations sociales.

L’allégement du coût du travail s’est accompagné de mesures pour faciliter l’accès à la liquidité.  La Banque publique d’investissement (BPI), instrument financier global, offrira à travers son réseau de guichets uniques régionaux l’ensemble des outils de soutien financier, de conseil et d’accompagnement nécessaire au développement des entreprises. Le financement de la filière industrielle est sa priorité. 

Les outils de soutien à l’exportation sont également modernisés. Une « garantie de refinancement » établira un nouvel accès à la liquidité pour les banques et offrira ainsi des ressources plus compétitives aux clients de nos exportateurs. Un fonds de 150 M€ sera en outre créé pour consolider les fonds propres des entreprises exportatrices qui font face aux aléas des marchés mondiaux.

Notre majorité est consciente des difficultés croissantes auxquelles font face les entreprises. En cas de coup dur, nous nous attachons à les aider à rebondir. La médiation du crédit qui permet aux entreprises de négocier leurs conditions de crédit avec leurs banques sera ainsi prorogée. Un groupe de député, dont je fais partie, a par ailleurs entamé une réflexion sur la réforme des tribunaux de commerce. Nous souhaitons améliorer l’encadrement des entreprises dans le besoin, organiser une meilleure prévention des risques commerciaux et favoriser l’information sur les possibilités de relance.

Enfin, comme l’avait rappelé le Premier ministre lors de la Grande Conférence Sociale de l’été 2012, l’image de l’industrie doit être valorisée auprès des jeunes et les métiers techniques confortés. Notre gouvernement prévoit de multiplier les formations en alternance, de renforcer la place des entreprises au sein de l’enseignement technique et professionnel et d’inciter l’embauche des jeunes en apprentissage dans les PME et dans les collectivités. C’est ce que je vais proposer dans quelques semaines pour Flers et sa communauté d’agglomération.

 

Durant sa visite le ministre a rappelé à plusieurs reprises la confiance que le gouvernement place dans nos entreprises, dans le dynamisme de leurs dirigeants, ingénieurs, techniciens et ouvriers. Notre territoire possède une richesse de savoir-faire, de nature, d’inventivité, et d’ingénierie publique inestimable. Autant d’atouts qui, bien coordonnés, nous aideront à traverser avec succès la situation économique actuelle. La mise en marche du CED en est l’exemple le plus probant.