Extension de l’arrêté amiante Honeywell, le Premier ministre tranche en faveur des salariés

img-5602.jpg

Depuis des mois, avec mon collègue député du Calvados Alain Tourret, nous-nous battions afin que les salariés licenciés d’Honeywell à Condé-sur-Noireau puissent bénéficier d’un départ anticipé en retraite, à raison de leur exposition à l’amiante. Cette exposition était reconnue jusqu’au 31 décembre 1996. Nous demandions qu’elle le soit jusqu’à la date de fermeture de l’usine, même s’il n’y avait plus de travail direct sur l’amiante, mais parce que les locaux n’avaient pas été dépollués.

Le combat mené avec les organisations syndicales était extrêmement difficile. Aucun texte ne prévoit ce cas de figure, et bien entendu, toute mesure permettant un départ anticipé à la retraite est extrêmement couteux pour le budget de l’Etat.

Trois ministres étaient concernés : Michel Sapin en qualité de ministre du travail, Marisol Touraine en qualité de ministre des affaires sociales et Bernard Cazeneuve en qualité de ministre du budget. Tous trois ont considéré que la cause était juste.

Ils ont demandé au Premier ministre une décision. Celle-ci a été prise hier. Elle permet aux salariés ayant travaillé sur le site de Condé-sur-Noireau du 1er janvier 1997 au 31 décembre 1999 de partir en retraite, au titre de leur exposition à l’amiante, un an avant la date prévue.

Environ 500 personnes sont concernées et 70 pourront bénéficier de cette mesure immédiatement ou quasi-immédiatement.

Avec Alain Tourret, nous aurions souhaité obtenir plus mais il faut bien se rendre compte de l’effort financier effectué dans une période très difficile pour l’Etat.

C’est par ailleurs une illustration concrète de la prise en compte de la pénibilité au travail. Le Premier ministre allie ainsi les actes aux discours.

Certains pourront considérer, et je le comprends, que c’est insuffisant. Je pense, pour ma part, que si des faits nouveaux venaient compléter le dossier, nous pourrions le rouvrir.

Permettez-moi cependant de me réjouir pour toutes celles et tous ceux qui, dès la prise officielle de l’arrêté interministériel pourront bénéficier de leur retraite bien méritée alors qu’ils auraient dû se lancer, avec les difficultés que l’on connait, dans une recherche d’emploi.